Déluge 4


Je sors de cours. Il est vingt heure trente. Temps d’automne. Dehors, le déluge. Où est l’été ? Parti. Du jour au lendemain, sans laisser le moindre rayon de soleil. Comme lui. 

Je rentre chez moi. Fenêtre restée ouverte. Inondation. La poisse est revenue avec la pluie. Mon cerveau est parti. Et ma bonne humeur aussi.

Déluge. Une dépression dehors, il y en a une dans mon coeur. Pleurs, pluie, je me noie.

 

Automne. Tu prends le rythme. Tu te lèves, il fait nuit. Tu rentres chez toi, il fait nuit. Putain, j’ai froid. Et chaque année, au même moment, tu te dis la même chose : je veux rentrer, là-bas il fait beau au moins. Automne. Il pleut. Et son silence résonne comme le tonnerre dans la nuit noire. Son absence est aussi présente que les milliers de gouttes de pluie sur ton visage. Et tu t’habitues, tu vis avec.

Rallumez la lumière, il fait sombre ici. Ramenez le soleil. Ramenez les sourires, les habits de couleur et la bonne humeur. Rallumez la lumière. Ramenez-le-moi. Arrêtez le déluge, ramenez le soleil.

Automne. Et puis en plus, t’es malade. Tout le monde est malade. Reniflements. Dans les transports, dans la rue, en cours. Sniff. T’as mal au crâne. Sniff. T’as froid. Tu te sens mal. Et tout le monde se plaint. Tout le monde est malade. Tout le monde a froid. Tout le monde a mal au crâne. Sniff. Et il n’est pas là.

Automne, tu t’habitues. Tu reprends le rythme. La poisse, elle va et elle vient. Elle revient parfois. Comme la pluie. Comme pour te rappeler qu’elle peut revenir. Alors tu apprécies. Tu respires, tu souries. Tu vas déjà mieux. Lui ne revient pas. Il ne reviendra pas. Mais c’est l’automne, et tu reprends le rythme, tu t’habitues. Tu t’habitues au déluge. Mais tu espères encore et toujours le soleil.

Reviens.

 

Il pleure dans mon coeur

Comme il pleut sur la ville;

Quelle est cette langueur

Qui pénètre mon coeur ?

Paul Verlaine


La dépression saisonnière, ou trouble affectif saisonnier, est une dépression liée au manque de lumière naturelle qui survient au même moment chaque année, en automne ou en hiver, pendant au moins 2 années consécutives, et qui dure jusqu’au printemps suivant.

Durant cette période, les journées sont courtes et la luminosité moins intense. Celle-ci passerait de 100 000 lux (unité de mesure de la luminosité) les jours d’été ensoleillés à parfois aussi peu que 2 000 lux les jours d’hiver.

Pour plus d’informations :

http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=depression_saisonniere_pm


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 commentaires sur “Déluge