Chez le bouquiniste 1


Il y a énormément de choses que je ne fais pas parce que je n’ai pas le temps. Toujours débordée, toujours pressée… Dans mon monde, on ne s’arrête pas tellement. Alors je passe souvent à côté d’expériences formidables… Ce bouquiniste, par exemple, devant lequel je passe plusieurs fois par mois en me disant ‘‘j’irai quand j’aurai le temps ». La pire excuse du monde, tu ne trouves pas ?

Parce que chez ce bouquiniste, faut pas être pressé. Chez lui, on arrête le temps. On entre, on regarde un peu ébahi les livres répartis du sol au plafond. Il y en a partout et pour tous les goûts : dans les étagères, par terre, dans des bacs, des sacs, entassés, amassés, en pile ou en ligne… Il y a des livres partout, vraiment partout. Les vieilles étagères en bois recouvrent des murs qu’on devine derrière les bouquins chinés. Au plafond, quatre mètres au dessus du sol, les ouvrages tiennent presque en équilibre : on les croirait s’envoler. Ceux-là, deux échelles permettent de les atteindre, mais il faudrait déjà venir à bout de tous ceux qui flirtent avec tes pieds.

Bouquinerie Alain Guillaume, rue Sainte Catherine, Bordeaux Crédits : pinterest.fr

Bouquinerie Alain Guillaume, rue Sainte Catherine, Bordeaux. Crédit : pinterest.fr

Le plus impressionnant, à part le nombre de livres au mètre carré, c’est peut-être la mémoire de M.Guillaume qui tient ces lieux depuis plus de trente ans. Il connaît l’emplacement précis de chaque titre. Et pourtant, rien n’est rangé par ordre alphabétique, c’est à peine si tu peux reconnaître les catégories. C’est un joyeux bordel dans lequel il se repère comme un funambule sur son échelle. Les noms d’auteurs et les titres de romans, BDs, recueils poésie, pièces de théâtre, dansent dans des typographies, des formats, des couleurs et des éditions différentes. Quand t’es là, tu veux tout toucher, tout lire, tout feuilleter, tout comprendre, tout apprendre, tout oublier et recommencer encore et encore,

Et t’as pas eu le temps de faire « ouf  » que t’as pris un bouquin entre tes mains, tu en as lu une page, puis deux, puis trois puis un chapitre et tu te dis  »ok je le prends, je le finirai à la maison. »  Tu fais ça avec un bouquin, puis deux, puis trois et  tu te dis  »ok, faudrait peut-être que je les pose quelque part . » Tu fais une pile, puis deux puis trois…

Et puis tu regardes ta montre, tu paniques, l’heure a tourné. Tu regardes tous ces bouquins que tu veux prendre, tu paniques et tu te rends compte qu’il faudra casser ta tirelire, et puis surtout, avoir le temps de tout lire…

Arva FAJELE ABASSE


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Chez le bouquiniste

  • Mawulolo
    mawulolo

    Chez moi (Togo), quand on dit bouquiniste on pense plutôt au vendeur de livres d’occasion qui dispose juste d’un étal en bord de route.
    On dit aussi « librairie-par-terre ». En langue locale, c’est « agnigban fiôsé »