Assassinats, kidnapping : la fois de trop pour les karanas de Madagascar 2


Ces journaux malgaches ont la même Une ces derniers jours : un jeune de 16 ans, élève en 1ère STMG s’est fait kidnapper à Antananarivo, alors qu’il attendait le bus scolaire. Les kidnappings de jeunes d’origine indienne sont devenus monnaie courante à Madagascar et ces dernières années, des dizaines de familles d’origine indienne ont subi un rapt, demandes de rançons, des meurtres, assassinats…

 

 

Cette fois, c’est la fois de trop

La plupart sont de nationalité malgache, certains sont français mais tous sont nés et vivent à Madagascar depuis quatre à cinq générations. Si cette toute petite minorité (0.10% de la population malgache) est si visible, c’est parce qu’elle représente à elle seule un tiers du PIB du pays. L’insécurité à Madagascar s’est accrue depuis les événements politiques de 2009 mais les communautés issues de l’immigration sont prises pour cible et régulièrement menacées.

Le meurtre d’un jeune en août dernier avait déjà suscité l’indignation mais cette semaine, des voix se font entendre. Deux assassinats la même semaine. Un kidnapping de plus. Et les langues se délient, la colère gronde. De plus en plus fort. Des magasins sont fermés, des manifestations sont organisées dans les lycées français de Madagascar (Antananarivo et Toamasina) pour dénoncer ce déferlement de violence et l’insécurité qui règne aujourd’hui à Madagascar.

Appels à la mobilisation

Les messages de soutien aux familles se multiplient sur les réseaux sociaux et une pétition est même lancée pour interpeller le Président de la République. L’auteur de la pétition, Fakrou Akbaraly , dénonce les crimes commis à l’encontre des populations d’origine étrangère – indienne mais aussi européenne.

Des faits similaires, nombreux, se sont déjà produits dans plusieurs grandes villes du pays :
– une jeune femme indienne a été abattue d’une balle par des voleurs à la tire à Tamatave
– des religieuses agressées sauvagement ainsi qu’une volontaire allemande ayant subi des sévices criminels dans la ville d’Antsirabe

Le jeune de 16 ans étant de nationalité française, la presse internationale dont le Figaro, s’est aussi emparée de l’affaire. Jean Hervé Fraslin, le vice-président du Conseil consulaire des Français de Madagascar et Administrateur de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) a lancé un appel fort à la mobilisation dans un statut Facebook posté il y a deux jours et relayé en masse sur les réseaux sociaux.

Pour l’instant, toujours aucune nouvelle du jeune kidnappé voilà deux jours… Affaire à suivre.

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Assassinats, kidnapping : la fois de trop pour les karanas de Madagascar

  • yassine onaly

    coucou Arva tres bon article c’est vrai ce que tu racontes mais comme tu la précisé à madagascar à partir du moment ou tu as de l’argent tu est une cible pour ces bandits je pense que c’est plus un probléme d’insécurité que plutôt du racisme envers nous les karana gasy de mada faut qu’on se bouge pr changer notre pays mais comment ? le probleme c’est le gouvernement qui ne fait rien pr arreter ces criminels parfois mm certains policiers sont complices des ravisseurs qui se partage le rançon c’est triste. avec tous ces bruits autour de l’affaire j’espere que le jeune firoze seras libéré sain et sauf les ravisseurs n’ont aucun interet a lui faire de mal surtout si la france met la pression sur l’etat malgache vu que ce lycéen posséde un passeport français apparemment.
    j’ai mal pour mon pays deja qu’on est le pays le pauvre du monde et maintenant devient pétit à petit la nation la plus dangereuse du monde