Trois raisons de partir en échange en Chine


Bordeaux, 20/02/2018 – Départ J-3

C’est la première question qu’on m’a posée quand j’ai annoncé mon départ en Chine : pourquoi ce pays et pas une autre destination plus conventionnelle ? Alors, je vais vous expliquer. C’est parti ! ⏬

(C’est parti, mais pas trop. Un peu de contexte : pour le petit rappel, je pars un semestre en échange universitaire. Et moi qui n’aime pas tellement bousculer ma petite routine, je n’ai apparemment pas choisi le plus simple des pays. 
J’ai hésité entre Dakar, Saint-Pétersbourg et Ningbo. Déjà, c’était assez exotique* comme liste de départ ! Je voulais aller dans des destinations les moins connues possibles (pour moi). Des endroits où, quand on vient de Paris, il faut se faire un peu plus violence que d’habitude pour s’acclimater, pour se repérer… Voilà, ça nous amène à la première raison pour laquelle j’ai choisi la Chine !)

1/ Vaincre les a priori et vivre le choc culturel

Parmi les trois destinations de ma short list, j’ai choisi le pays qui me faisait le moins envie (et là, ça y est, vous êtes perdus).

Je m’explique : je sais que de toute façon, je ne serai pas allée en Chine en touriste, parce que j’ai des milliers d’autres destinations en tête quand je pense à visiter un pays. Pas parce que la Chine ne m’attire pas spécialement. Juste parce que d’autres endroits me font envie depuis beaucoup plus longtemps.

Bref, se faire violence et en profiter pour aller là où on ne veut/peut pas aller d’habitude. Et découvrir concrètement la réalité d’un pays sur lequel on a des a priori, (tout mon entourage a une opinion sur la Chine et les Chinois alors que moins d’un dixième a dû y mettre les pieds). Avec un peu de chance, j’aurais une idée plus claire, peut-être plus personnelle, à mon retour.

L’objectif : découvrir et apprendre à apprécier un univers complètement éloigné de ce que je connais, tant au niveau de la langue, de la cuisine que de la façon de vivre et des traditions. Un vrai choc culturel en bonne et due forme.

Vivre le véritable choc culturel, je suis persuadée que ça n’arrive que quelques fois dans une vie. J’en ai déjà eu un en venant en France ; je pourrai probablement survivre à deux**.

2/ Le combo tradition/modernité

La Chine, qu’on aime ou pas, c’est la civilisation millénaire par excellence. Et c’est aussi la première puissance économique mondiale aujourd’hui. Ningbo, la ville dans laquelle je vais m’installer, c’est la ville où se trouve la plus ancienne bibliothèque privée de Chine (😍) et c’est aussi un des plus vastes ports commerciaux du monde. Vous voyez où je veux en venir ?

Alors que c’est surtout la culture et l’Histoire chinoise qui m’intéresse, j’ai quand même hâte de découvrir le monstre économique que c’est devenu. Et aussi de voir comment les Chinois se sont adaptés à la rapide ouverture du pays, puis à sa montée en puissance. Le pays de tous les contrastes et de tous les bouleversements : j’ai hâte !

Aparté de l’inculture.
Les seules choses qui ont un rapport avec la Chine dans ma tête sont : Mulan (film d’animation), les tutos de Calligraphie sur Youtube, les bao au poulet (bonjour la végé), et mes trois premiers cours de Mandarin (j’ai vite arrêté d’y aller, trop prise de tête et c’était le samedi matin).
D’où la hâte de tout savoir sur les Chinois. J’ai tout à découvrir en Chine, cette perspective m’effraie mais m’excite d’autant plus.

3/ Le budget

La Chine était aussi l’une des destinations les moins chères de ma sélection. Et même si Picsou n’était pas mon personnage Disney préféré, j’avoue que la question du budget est une réalité qui pèse pas mal dans ma vie d’étudiante.

Alors, évidemment, ça dépend des villes : vivre à Shanghaï nécessite quasiment le même budget qu’à Paris, mais pour moi qui pars dans une ville moyenne (7,6 millions d’habitants quand même), le budget paraît tout à fait raisonnable.

Selon mes lectures, les dires de l’Université et les retours de mes amis, le budget varie de 400€ à 700€ par mois, la plus grosse dépense étant le loyer. Je vous en dirai plus sur les dépenses une fois sur place !

Bref, la Chine est une destination d’une richesse culturelle incroyable, plus actuelle que nulle part ailleurs, et à tout petit budget. Que demande le peuple ?


*exotique : mais où est l’exotisme quand on est malgache, d’origine indienne et qu’on a habité presque en France ? Je me perds dans mes propres expressions toutes faites. 
** Je pourrai survivre à deux : ouais, je le dis mais je pense que je vous le confirmerai quand je serai revenue.  
Vous avez (encore) lu jusqu’au bout ? Je vais créer un hashtag #TeamBasDeBillet spécialement pour vous ! Je vous reviens vite avec une mise-à-jour de cet article une fois sur place. 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *