Université de Nottingham Ningbo. 25/02/2018 – 13/03/2018

Voici enfin le récit de mes premiers instants. Posons le cadre, suivez-moi.

L’atterrissage

Il est 7h30 du matin à l’aéroport de Shanghai, encore minuit dans ma tête et ça ne fait que commencer. Mais à partir de là, tout est allé extrêmement vite. L’arrivée à Ningbo vers 15h, le check-in de l’appartement à 16h30, premier dîner à la cantine du campus, premier jour d’intégration le lendemain à 8h. Oui, ça pique, mais après 30 heures de non-sommeil, j’avais quand même bien dormi, malgré le décalage. Et ensuite, 24h plus tard, le début du semestre à l’université, et aujourd’hui, alors que je finis d’écrire ce billet, ça fait déjà plus de deux semaines. Comment vous dire que ce fut… Rapide.

 

L’appartement

Première découverte : l’appartement. Dès l’arrivée sur le campus, il a fallu attendre le check-in puis s’installer. Et le premier soir, ce fut toute une histoire.

Avant de partir, j’avais réservé une chambre dans une collocation dans un des trois buildings réservés au étudiants internationaux*. Je m’attendais à habiter avec des Français, ou alors des personnes arrivées en même temps que moi et que j’avais croisées à l’aéroport… Mais, à mon grand désespoir, non. Les placements étaient par nationalité, et non pas par Université d’origine. Evidemment, il n’y avait pas d’appartement avec d’autres malgaches dans le building. Et pire, la dame qui plaçait les gens dans les différentes chambres, ne savait pas tellement où me mettre puisqu’elle ne connaissait pas le pays.

Finalement, je me suis retrouvée dans un appartement avec trois indonésiennes. Mais ce soir-là, je n’étais pas encore au courant puisque, à mon arrivée dans l’appartement, outre le froid glacial du lieu, il n’y avait personne. Pas de chauffage, pas d’eau chaude (enfin si, mais évidemment personne ne t’a expliqué le système pour activer l’eau chaude), personne pour me guider, 100% d’humidité dans l’air, -2° dans la chambre, pas de chaussons aux pieds. Cette première nuit, c’était un peu Koh-Lanta.

Logements sur le campus

Logements sur le campus

Le campus

L’Université de Nottingham s’est fait un petit kiff : le campus de Ningbo est une réplique exacte du campus original de l’Université, situé à Nottingham, au Royaume-Uni. Plus occidental, tu ne peux pas. D’où ma surprise, puis ma déception, moi qui m’attendais au choc culturel…

Un campus, un peu une ville dans la ville. Tu habites, manges, dors, étudies, fais tes courses au même endroit. Aucune raison de sortir, si ce n’est aller faire la fête à Lao Waitan (c’est  »the place to be », un quartier emblématique de la nuit à Ningbo).

Lao Waitan, Ningbo

Lao Waitan, Ningbo

Immeubles impressionnants de modernité et de confort, j’étais presque déçue. 4 cantines avec des centaines de type de nourriture, plusieurs terrains et salles de sport, une bibliothèque sur 3 étages… Bref, tout le confort du monde pour les étudiants chinois et internationaux qui peuvent se permettre de payer l’Université et d’habiter là.

Université de Nottingham Ningbo Chine

Trent Building, Université de Nottingham Ningbo Chine

Ningbo

Ningbo est la ville la plus propre et presque la plus développée que j’aie vue. Ce n’est pas exactement ce à quoi je m’attendais et j’ai hâte de voyager un peu plus pour voir les contrastes de ce pays. L’extrême modernité des habitudes des Chinois ici me passionne : paiements mobiles partout, des applications pour tous les services possibles et imaginables, un goût certain pour la mode et des produits et équipements qui n’ont rien à envier aux marques occidentales… Bref, Ningbo demande à elle seule un autre billet, mais je n’ai pas tellement les mots pour décrire à quel point j’avais tort dans l’image que je me faisais de ce pays. Je vous tiendrai au courant, vous verrez avec moi.

Wanda Plazza, de nuit.

Wanda Plazza, de nuit.


*3 buildings sur 22 je crois, sont réservés aux internationaux. Les conditions de vie des locaux ne sont pas les mêmes que celles des étudiants internationaux ici. Le prix non plus.
J’essaie de creuser un peu le sujet, mais diplomatiquement. Je vous tiens au courant. De toute façon, je vous ferai un billet sur le fonctionnement et l’histoire de cette Université en Chine, vous comprendrez mieux.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Semaine 1 et 2 à Ningbo : pour le choc culturel, on repassera !